04 56 60 97 70
1 Rue Paul Dijon - 38000 Grenoble
+1

Actualités

Les prix de l'immobilier ont continué de monter en 2018 : que pouvez-vous acheter avec 100.000 euros ?

LOGEMENT - Les Notaires ont présenté ce jeudi un premier bilan de l'année immobilière. Toujours dans un contexte de taux de crédit immobilier très favorable, les prix des biens anciens ont continué de monter. Une stabilisation pourrait intervenir en fin d'année en province tandis qu'à l'inverse, l'envolée devrait s'intensifier en Ile-de-France.
13 déc. 2018 18:25 - Laurence VALDÉS
Le nombre de ventes frôle le million sur l'année qui vient de s'écouler (d'octobre 2017 à septembre 2018). Près de 956.000 logements anciens se sont ainsi vendus en France sur les douze derniers mois, selon un premier bilan de l'année immobilière présenté ce jeudi 13 décembre par les Notaires. Un volume en hausse de 0,8% sur un an qui tend à se stabiliser après deux ans d'envolée portée par des taux de crédit immobilier très bas. 

"Le marché se calme, il n'y a pas de risque de bulle financière en vue", selon le président de l'Institut notarial de droit immobilier, cité par l'Agence France-Presse. Le contraste est cependant marqué entre l'Ile-de-France (175.400 ventes) et la province (780.600 ventes). Le nombre de transactions a en effet reculé en région parisienne (-1,9%) alors qu'il a augmenté sur l'ensemble des autres régions (+1,5% en moyenne).

312.800 euros en moyenne pour une maison en Ile-de-France
Les prix des biens anciens ont pour leur part continué de grimper dans l'Hexagone, progressant sur un an de 3,4% pour les appartements et de 2,6% pour les maisons, selon l'indice Notaires-Insee également commenté ce jeudi par les Notaires. Selon les projections, en fin d'année, les prix pourraient se stabiliser, voire s'éroder légèrement. Il n'empêche que sur douze mois (évolution de décembre 2017 à décembre 2018), les hausses pourraient cependant atteindre 4,4% pour les appartements anciens et 3,4% pour les maisons anciennes.

Cette augmentation des prix des biens anciens a été davantage accentuée en Ile-de-France (+3,5%) qu'en province (+2,6%) entre octobre 2017 et septembre 2018.  Ainsi, en région parisienne, pour acquérir un appartement ancien, les acheteurs ont déboursé en moyenne 5.970 euros par mètre carré au troisième trimestre (+4,2% sur un an). Les maisons franciliennes anciennes se sont quant à elles vendues en moyenne à 312.800 euros (+2% sur un an).  


Fin décembre, la hausse annuelle pourrait dépasser 5% en Ile-de-France
La montée des prix en Ile-de-France devrait même s'intensifier au quatrième trimestre. Les projections, en tout cas, laissent croire que l'augmentation annuelle pourrait atteindre 5,3%  fin décembre en moyenne pour les logements anciens de la région de la capitale. Un notaire parisien intervenant lors de la présentation de ce bilan annuel a concédé qu"'en Île-de-France, ça chauffe un peu" tout en soulignant que Paris seul reste un "marché complètement déséquilibré". Hors de question pour lui en tout cas d'évoquer une bulle dans la région.

Dans Paris même, l'envolée des prix des appartements anciens a atteint en moyenne 6,2% sur un an, à 9.500 euros le mètre carré au troisième trimestre, si bien que les 10.000 euros ont été dépassés dans la moitié des arrondissements. Les plus fortes augmentations sur un an sont observées dans le 1er arrondissement (+11,2%, à 12.600 euros le mètre carré), le 19e (+10,7%, 7.800 euros) et le 20e (+8,3%, 8.240 euros). A l'inverse, le 3e arrondissement affiche la plus faible hausse (+2,9%) avec un prix au mètre carré qui a tout de même atteint 11.340 euros.

EN VIDÉO
Immobilier : que faire avec 300.000 euros dans le monde ?
Cette vidéo n'est plus disponible.
11 mètres carré à Paris pour le prix de 116 à Saint-Etienne
En province, la hausse devrait en revanche se stabiliser en fin d'année, mais les situations restent contrastées entre les grandes villes. Les écarts des prix restent ainsi vertigineux de l'une à l'autre. Les Notaires illustrent ces variations par des exemples de prix médians (50% des biens sont plus chers et 50% sont moins chers) auquels se sont vendus les appartements entre octobre 2017 à septembre 2018 : 9.300 euros le mètre carré à Paris, 4.250 euros à Bordeaux, 3.890 euros à Lyon, 3.670 euros à Nice, 3.070 euros à Lille, 2.570 euros à Montpellier, 2.310 euros à Marseille, 2.200 euros à Rouen, 2.110 euros à Grenoble, 860 euros à Saint-Etienne. 

Autrement dit, selon nos calculs, pour 100.000 euros pour aurez :

• 11 mètres carré à Paris, c'est-à-dire une petite chambre de bonne. Plus précisément, 8 mètres carré dans le 6e arrondissement de la capitale et 13 mètres carré dans le 19e (les deux extrêmes) ;

• 24 mètres carré à Bordeaux, un petit studio donc ;

• 26 mètres carré à Lyon, un studio ou un tout petit appartement de deux-pièces ;

• 27 mètres carré à Nice, idem ;

• 33 mètres carré à Lille, un grand studio ou un petit deux-pièces ;

• 39 mètres carré à Montpellier, un deux-pièces ;

• 43 mètres carré à Marseille, encore un deux-pièces ;

• 45 mètres carré à Rouen, toujours un deux-pièces ;

• 47 mètres carré à Grenoble, un grand deux-pièces ou un tout petit trois-pièces ;

• 116 mètres carré à Saint-Etienne, un grand appartement de quatre ou cinq pièces.

Les plus fortes augmentations de prix sont intervenues à Bordeaux (+18,6%), Lyon (+9,2%), Rennes (+6,7%) et Nantes (+5,2%). La hausse a également été importante, bien que plus mesurée, à Strasbourg (+3,9%), Reims (+3,2%), Dijon (+2,6%), Nice (+1,9%), Lille (+1,8%), Rouen (+1,8%), Orléans (+1%), Marseille (+0,5%), Montpellier (+0,5%), Toulouse (+0,5%). Les prix n'ont pas bougé à Toulon (0%) et ont carrément chuté à Saint-Etienne (-2,1%) et Grenoble (-3,9%).

Notre sélection de coups de coeur